GCI, PNND ET UNFOLD ZERO PROCÈDENT À DES CONSULTATIONS CONCERNANT LE DÉSARMEMENT NUCLÉAIRE

Cliquez ici pour voir l’article entier du PNND à propos de cet événement.

Green Cross International s’est jointe à UNFOLD ZERO et au réseau des Parlementaires pour la Non-prolifération Nucléaire et le Désarmement (PNND, Parliamentarians for Nuclear Non-prolifération and Disarmament, en anglais) en organisant une séance de consultation d’experts en contrôle des armes et de militants du désarmement dans le but de discuter des moyens de réduire les risques nucléaires et de soutenir le désarmement nucléaire dans ce nouvel environnement politique.

 

La conférence, s’inscrivant dans le cadre d’une série de consultations ayant eu lieu à Genève, Vienne, New-York, Washington, Londres et dans d’autres villes, a débuté par des présentations faites par Paul Walker, le Directeur du programme de Viabilité et Sécurité Environnementales de Green Cross Internationale, et Alyn Ware, coordinateur mondial des PNND.

 

Elle s’est concentrée sur les possibilités de progrès offertes par les processus multilatéraux à venir, et notamment avec les négociations des Nations Unies sur un traité d’interdiction des armes nucléaires, la relance du cycle d’examen du Traité sur la Non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et la Conférence de haut niveau sur le désarmement nucléaire organisée par les Nations Unies en 2018.

 

Les négociations sur le traité d’interdiction du nucléaire, qui ont débuté en mars de cette année, ont suscité un intérêt considérable, et ce d’autant plus qu’il semble possible que ce traité soit conclu d’ici un an. Cependant, les États-Unis ainsi que les autres États en possession de l’arme nucléaire ne se joindront probablement pas aux négociations sur le traité d’interdiction et ne seront donc pas dans l’obligation de s’y conformer s’ils ne le signent pas.

 

Le cycle de révision du TNP est très important, car ce dernier contient un traité d’obligation de parvenir au désarmement nucléaire. Cependant, la conférence de 2017 n’est qu’une conférence de préparation à la conférence de révision intégrale de 2020. De plus, beaucoup d’accords conclus lors des précédentes conférences de révision du TNP ne seront pas appliqués.

ÉDUCATION ET COUVERTURE MÉDICALE POUR RÉPONDRE AUX CONSÉQUENCES À LONG-TERME DE LA CATASTROPHE DE TCHERNOBYL

Même 30 ans après Tchernobyl, dix millions de personnes en Biélorussie, Russie, Moldavie et Ukraine souffrent toujours des conséquences sanitaires à long terme liées à la catastrophe. Grâce au programme Société et Médecine (SOCMED), Green Cross apporte son soutien aux familles affectées par la catastrophe.

Camps de thérapie

Parmi les personnes les plus affectées, on y trouve des enfants comme Dimitri, provenant du village de Barashi, situé dans la province de Jytomyr en Ukraine. Il souffre d’anémie et d’un problème de thyroïde, ainsi que de problèmes d’articulations, de troubles digestifs et de carences en vitamines. Au sein du camp de thérapie de Green Cross, Dimitri a reçu des soins médicaux et psychologiques, des aliments riches en vitamines non contaminés et une chance de récupérer ses forces dans un environnement frais, sain et naturel.

Green Cross organise des camps de thérapie depuis l’été 1995 dans le but d’améliorer les conditions sociales et sanitaires des enfants vivant dans les zones contaminées. Les enfants reçoivent des soins médicaux et psychologiques et profitent d’aliments riches en vitamines non contaminés. Passer beaucoup de temps dans un environnement sain, naturel et où l’air est frais les aide à récupérer des agressions radioactives, et leur permet de renforcer leur système immunitaire pour affronter l’hiver rude. Les camps sont établis au sein du pays d’origine de l’enfant, dans un environnement non contaminé.

Outre l’atmosphère décontractée des camps où ils font du sport, jouent et s’amusent, les enfants reçoivent également des soins de décontamination et des cours d’écologie, de culture et d’études sociales. Ce large éventail d’activités ainsi que les traitements médicaux ont un réel effet bénéfique sur leur santé. C’est pourquoi tous les enfants (97,5 %) souhaiteraient revenir au camp de thérapie, comme le démontre l’enquête effectuée dans les camps l’année dernière.

 

Une étude sur le long terme a également démontré que les symptômes diagnostiqués à leur entrée au camp n’étaient plus détectés chez un tiers voire la moitié des enfants après leur séjour, à comparer au taux de 3,7 % chez les enfants qui ne peuvent pas venir dans les camps de thérapie (l’été provoque généralement une légère amélioration de la santé). Les examens de suivi démontrent même une réduction de 48,5 % des maladies liées aux oreilles, au nez et à la gorge. Les niveaux de radiation sur le corps ont également diminué de 30 à 80 %. Enfin, 65,2 % des enfants qui ont participé aux camps de thérapie et aux programmes Green Cross pendant plusieurs années ne présentent plus aucun symptôme de maladie.

Le camp de thérapie a également eu des effets positifs sur la santé de Dimitri. Sa mère, Inna Suschevsky, l’a à peine reconnu lorsqu’il est rentré chez lui. « Le bonheur se lisait sur son visage » a-t-elle déclaré. «  Il avait tellement l’air en bonne santé et était rempli d’énergie et de joie. Nous sommes tellement reconnaissants envers Green Cross. J’espère que davantage d’enfants de notre village auront l’occasion de participer aux camps de thérapie. »

 

 

Le Green Cross Family Club

La consommation à long terme d’aliments contaminés représente une réelle menace pour la santé des personnes se trouvant dans les zones affectées par la catastrophe de Tchernobyl. Cependant, une préparation correcte des aliments peut réduire la présence de radioactivité dans ceux-ci de plus de 95 %.

Le Green Cross Family Club apporte les connaissances nécessaires sur le sujet. Par exemple, le lait peut être transformé en beurre de la manière traditionnelle. Seule la partie riche en matières grasses du lait, contenant peu de radionucléides, est utilisée, tandis que le liquide aqueux et hautement contaminé est jeté. Par conséquent, le niveau de radiation est réduit de 90 %. La réduction de la radioactivité dans les aliments nécessite non seulement une préparation particulièrement minutieuse des repas, mais aussi des méthodes spécifiques de culture et une mesure constante du niveau de radioactivité.

Lors des réunions organisées par le club, les membres apprennent que les conditions du sol contribuent à déterminer la quantité de radionucléides absorbée par les plantes. Les radiations sont également mesurées dans les zones entourant les villages. Les endroits les plus gravement contaminés sont marqués par des piquets pour empêcher les habitants de couper de l’herbe pour le foin, de cueillir des baies et des champignons ou de laisser leur bétail brouter à cet endroit. Les familles apprennent également, par exemple, que les variétés de plantes qui murissent tôt contiennent moins de radionucléides. Les fruits à racines profondes ont également moins de chance d’être contaminés.

Au Family Club de Bila Tserkva en Ukraine, Elena Korobkina a également suivi avec succès des cours de nutrition. Elle vit avec sa famille à Shkarivka, un village situé dans la zone contaminée. Son fils de neuf ans, Nasar, est officiellement reconnu comme étant une victime de la catastrophe de Tchernobyl. Outre ses besoins en soins médicaux, il est particulièrement important pour lui de se nourrir d’aliments faiblement irradiés. Nasar souffre d’une arythmie cardiaque, d’une malformation congénitale de la vésicule biliaire et d’un trouble du pancréas.

Problèmes cardiaques, cancers, troubles du système sanguin, déficiences de la thyroïde et autres maladies graves sont très répandues dans les zones contaminées en Ukraine, en Biélorussie, en Russie et en Moldavie. Par conséquent, les mères et leurs enfants membres des Family Clubs reçoivent également des soins médicaux d’urgence.

Des études comparatives effectuées sur plusieurs années ont montré que le niveau de radiation trouvé dans les corps des membres du club diminue considérablement si les règles nutritionnelles sont respectées. Grâce au soutien de la Suisse, les victimes innocentes de Tchernobyl, telles que Nasar et sa famille, sont protégées des radiations nocives.

GREEN CROSS JAPON FETE SA RÉCOMPENSE LORS DU 18ÈMECONCOURS DU MEILLEUR JOURNAL ENVIRONNEMENTAL

Une récompense spéciale remise par le Ministre de l’Environnement du Japon a été décernée à l’étudiant le plus remarquable lors du 18ème concours journalistique « Green Lane », concours effectué au cours de la cérémonie Green Cross Japon à Tokyo, le 10 décembre 2016. Les étudiants vainqueurs, leurs professeurs et leurs parents provenant de tout le Japon se sont rassemblés – représentant environ 600 personnes au total.

 

Les 161 étudiants vainqueurs et environ 600 personne ont participé à la cérémonie

Au niveau national, environ 100 000 étudiants participent chaque année au programme journalistique de Green Cross Japon pour apprendre à protéger l’environnement. Les enfants,  âgés de six à douze ans, tiennent un journal sur un thème lié à l’environnement pendant 12 semaines.

.

MARIO SOARES

La famille Green Cross International est attristée suite au décès de Mario Soares, ancien Premier Ministre et Président du Portugal, survenu ce weekend. Il était l’un des membres du Conseil d’Administration les plus actifs et les plus anciens de Green Cross, et faisait encore partie des membres honoraires de l’organisation à la fin de sa vie.

Mario Soares a été le premier Premier Ministre constitutionnellement élu suite à la révolution de 1974, gouvernant de 1976 à 1978, puis a accumulé plusieurs mandats par la suite. Au cours de l’un de ses mandats, il a supervisé l’entrée du Portugal dans l’Union européenne. En 1986, il est devenu le premier président du Portugal élu au suffrage universel depuis 1926. Il a été réélu en 1991 et a mis fin à son mandat en 1996.

Mario Soares a rejoint le Conseil d’Administration de Green Cross International au cours de la première année de sa création, en 1993, et y est resté jusqu’en 2015. Il a ensuite continué d’apporter son soutien en tant que membre honoraire du conseil.

Actifs dans bien des forums internationaux, Mario Soares était également membre de NOTRE EUROPE (Paris), du Club de Rome, du Club de Madrid (Madrid) et de la Fundación Cultura de Paz (Espagne), du Club de Monaco, du Club de Biarritz (réunions européennes et latino-américaines), Président de la Commission Mondiale Indépendante sur les Océans (International Ocean Institute, IOI), et membre du New Policy Forum (anciennement World Political Forum).

GREEN CROSS CÉLÈBRE LE PREMIER TOUR DU MONDE EN AVION SOLAIRE AVEC LE PILOTE DE SOLAR IMPULSE, BERTRAND PICCARD

Photo (Ci-dessus) : Adam Koniuszewski, membre de GCI, avec le pilote de Solar Impulse Bertrand Piccard et Alexia Benichou de chez Agent Majeur.

L’équipe de Solar Impulse a diffusé la grande première de son film à Paris le 21 novembre, qui raconte l’aventure du premier tour du monde en avion à énergie purement solaire. Adam Koniuszewski de Green Cross International et Luc Hardy étaient présents pour, d’une part, féliciter Bertrand Piccard, André Borschberg et les équipes de Solar Impulse pour avoir réalisé ce tour du monde incroyable et d’autre part pour visionner la version française de leur documentaire de 90 minutes. La version anglaise sera diffusée début 2017.

Cette performance innovante réalisée par Piccard et Borschberg est une véritable démonstration de ce qu’il est possible de faire avec la technologie, le dévouement et l’imagination d’aujourd’hui. C’est pourquoi les projets Solar Impulse ont été présentés lors des éditions successives d’expositions photographiques « The Future We Want » de Green Cross, qui exposent des initiatives prometteuses en faveur d’un avenir durable, prospère et faible en émission de carbone.

Comme l’a indiqué Piccard lors de son arrivée à Abu Dhabi : « Nous avons volé 40 000 kilomètres (à travers le monde) sans carburant, mais il reste encore beaucoup à faire pour inciter le monde entier à utiliser des technologies propres et pour motiver les gens à réduire leur utilisation de combustibles fossiles au quotidien ».

« En tablant sur les compétences en ingénierie et les connaissances acquises au cours de la dernière décennie, nous continuerons de travailler au soutien des innovations concrètes et des solutions impliquant un réel bouleversement technologique », a déclaré Borschberg.

Certains experts ont déclaré que le Solar Impulse 2 était « trop grand, trop léger et impossible à contrôler en vol ». Piccard et Borschberg ont néanmoins travaillé pour obtenir le financement des partenaires industriels et utiliser les dernières technologies permettant de construire l’avion le plus économe en énergie jamais construit.

L’avenir: à nous de créer!

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=SU5PWdZyxTQ&w=560&h=315]