LAURÉAT 2009 : GOUVERNEMENT DES PAYS-BAS

A propos | Critères Catégories Candidatures 2013Lauréats | Média | Publications | Liens Utiles | Contacts

Le Gouvernement des Pays-Bas, et notamment le Département de Gestion des Crises du Ministère Hollandais de l’Habitat, de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement (VROM), et le Ministère Hollandais des Affaires Etrangères, ont été une force primordiale ces dernières années pour améliorer la préparation internationale et la réponse aux urgences environnementales. Ce faisant, ils ont montré un exemple important pour la communauté internationale et ont aidé à élever les standards de qualité pour la réponse internationale aux crises humanitaires et environnementales dans le monde.

Initié sur la recommandation du 6ème sommet de l’Advisory Group on Environmental Emergencies (AGEE 6), l’Outil d’Evaluation Environnementale Rapide (FEAT) a été développé par l’Institut National pour la Santé Publique et l’Environnement (RIVM), avec le soutien de l’Inspectorat du VROM. Dans la rubrique TA1 de l’initiative Rosenberg, le FEAT a été conçu pour aider à améliorer la capacité à évaluer et répondre aux urgences environnementales. Il sert à identifier les impacts environnementaux, et à soutenir les actions de réponse initiale dans les contextes de catastrophe. Il ne prend pas la place d’évaluations environnementales approfondies, qui pourraient être appropriées dans les étapes suivantes de la réponse aux catastrophes. Le FEAT est un compromis équilibré entre la simplicité et la rigueur scientifique, l’accent étant mis sur l’utilité des mécanismes de réponse tels que les équipes des Nations Unies d’Evaluation et de Coordination des catastrophes  (UNDAC). Il donne des réponses rapides dans les situations de catastrophes complexes, même en l’absence de ressources ou d’expertise techniques spécialisées.

En Août 2008, les Pays-Bas ont dévoilé son Module d’Evaluation Environnementale (EAM), un laboratoire mobile innovant développé au sein du cadre du Partenariat Humanitaire International (IHP) pour soutenir la réponse internationale aux urgences environnementales. L’EAM peut être rapidement déployé pour les catastrophes impliquant des substances dangereuses, avec l’expertise technique apropriée et les deux véhicules équipés tout terrain ; l’un contenant une unité mobile de mesure et d’analyse, l’autre contenant le matériel de soutien logistique, tels que des équipements satellites et un GPS. L’EAM peut être transporté dans un avion cargo. Cependant, étant une unité modulaire, l’équipement approprié pour une urgence donnée peut être sélectionné et déployé de manière individuelle. Lorsqu’il est déployé, l’EAM peut être soutenu par un réseau d’institutions de recherches et de Ministères des Pays-Bas pour garantir que les pays affectés reçoivent le meilleur soutien disponible. L’EAM sera utilisé pour évaluer les effets des catastrophes environnementales. Il sera principalement déployé dans les pays manquant de connaissances spécialisées ou de capacité nécessaires pour gérer les catastrophes environnementales. Le développement de l’EAM est une initiative commune du VROM et du Ministère des Affaires Etrangères des Pays-Bas, faisant suite aux recommandations de l’AGEE. Son développement et son déploiement sur une période de cinq ans implique un investissement des Pays-Bas de 2 millions d’euros. L’EAM peut être déployé à la demande des Nations Unies ou d’autres organisations internationales. Les pays eux-mêmes peuvent aussi directement demander une assistance des Pays-Bas. Un client principal de l’EAM sera le Groupe Commun PNUE/BCAH de l’Environnement. Le premier déploiement de l’EAM a eu lieu pendant la simulation de catastrophe Triplex de Septembre 2008, organisée en Suède et en Norvège.

En Août 2008, les Pays-Bas ont également organisé la Formation Pilote pour les Urgences Environnementales, à La Hague. Elle était conçue en collaboration étroite avec le Département de Gestion des Crises du VROM, le Ministère Hollandais des Affaires Etrangères et le SRSA de Suède. Un programme complet, couvrant un ensemble de questions telles que le système de réponse aux catastrophes naturelles, aux urgences environnementales, la préparation personnelle aux missions, la gestion de l’information, la gestion du stress, et la sensibilisation culturelle, a été développé pour garantir que les participants à la formation soient prêts à partir en mission à l’issue de la formation. 

Articles associés :